CRC 10 novembre

Commission Régionale de Concertation (CRC) du 10 novembre 2016

CGT Banque Populaire Auvergne Rhône Alpes *

*meilleur syndicat pressenti

Comme nous l’avions évoqué dans la minute CRC n°10, cette négociation revêt un caractère important pour les salariés, et nous vous en fixions les enjeux : dès le 8 décembre, ce sont les élus des Organisations Syndicales de la BP des Alpes (BP absorbante) qui représenteront la totalité des salariés BP Aura.

Cette situation serait :

– peu équitable vis-à-vis des salariés de la BPMC et de la BP2L qui ne seraient plus représentés

– peu démocratique puisque les élus BPA n’ont une légitimité qu’auprès des électeurs de la BPA.

Il convient donc de provoquer des élections anticipées tout en déterminant une nouvelle configuration des Instances Représentatives du Personnel (Délégués du Personnel, Comité d’Entreprise, CHSCT, Délégués Syndicaux) adaptées et dimensionnées aux réalités sociales et territoriales de la BP AURA.

Or, le souhait de certains élus BPA de ne rendre leurs mandats qu’en décembre 2017 au lieu de fin mars, bloquait ce processus.

Pour sortir de cette impasse, la CGT a proposé que les élections se déroulent au mois de mai 2017 pour une proclamation des résultats au plus tard le 1 juin. En bonne intelligence, toutes les Organisations Syndicales ont accepté ce consensus et, in fine, le scénario proposé par la CGT sera retenu par la CFDT, le SNB CFE/CGC et la Direction.

Pour la Cgt, il sera de la responsabilité de la Banque de laisser la possibilité aux futurs candidats de se libérer de leurs postes de travail pour mener la campagne électorale. La Minute CRC n° 11

Puis, nous pouvons enfin aborder les discutions relatives au nouveau droit syndical, qui sera le socle cible des Institutions Représentatives du Personnel et qui régira entre autre, la période dite « transitoire », c’est-à-dire la période comprise entre le 7 décembre 2016 et la proclamation des résultats des futurs élections BP Aura soit le 1er juin 2017 au plus tard.

C’est la troisième réunion qui est consacrée à ces sujets. Visiblement, les demandes des OS et les propositions faites par la DRH sont à des années lumières ! Pis, nous avons l’impression que nous ne sommes pas en phase de négociation, mais plus sur un jeu de dupe au cours duquel la DRH nous écoute mais ne nous entend pas…

Est-ce une stratégie impulsée par D. Karyotis ou une initiative du futur DRH ?

En effet, pour représenter l’ensemble des 3 500 futurs salariés, qui seront localisés sur un territoire de plus de 88 000 km² et 15 départements, les salariés doivent être dotés de moyens et de nombre d’élus nécessaires.

Or, les propositions patronales ne respectent pas cette réalité.

Elles sont même régressives par rapport aux droits syndicaux existants à BPA et BP2L en refusant de prendre en charge le salaire de vos élus quand ils sont en formation (CFESS).

La Direction, par la voie de la DRH, s’est félicitée lors du forum managers du 8 novembre d’un dialogue social de bon niveau : « Nous avons depuis le début du projet AURA des relations sociales constructives et ça continue. Pour réussir notre fusion nous avons besoin d’une performance commerciale, d’une performance financière, d’une performance organisationnelle mais également d’une performance sociale car c’est bien l’ensemble de ces performances combinées qui nous permettront de réussir durablement. »

Et si de l’annonce nous passions aux actes ? Alors, Messieurs, pour que le dialogue social reste « de bon niveau », arrêtez d’utiliser des pratiques de négociation d’un autre temps et évitez de confondre : dialogue avec chantage !

Prochain RDV : le 29 novembre à

crc-n11-du-10-novembre-2016

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *